Articles taggés Downton Abbey

Petit bilan depuis la rentrée – Côté Drama

2

Dexter

Étonnamment ennuyeux, selon moi, dans les tous premiers épisodes car rien n’avance sauf de mauvaises intrigues. Le cliffhanger de la saison 6 donnait beaucoup d’espoir mais aussi une attente énorme pour la suite. Au final, il ne se passe presque rien, la réaction de Deb est aussi plate qu’elle pouvait l’être, l’intrigue de la saison met du temps à apparaître et la mort pitoyable de Louis a mis fin à une intrigue qui pouvait être sympa et qui se mettait en place depuis longtemps. Ensuite, on ne voit plus Batista ou Masuka qui sont de bons second rôles et on voit trop Quinn pour le peu qu’il apporte. Cependant les derniers épisodes étaient mieux : une bonne intrigue qui se dessine avec l’apparition de la grandissime Yvonne Strahovski (Chuck), un bon gros psychopathe intéressant se fait sa place avec le personnage de Sirko et Laguerta sort de son trou en faisant appel à ses instincts de bon flic. Mais le tout mérite d’être un peu mieux. Donc vivement la suite que je puisse peut-être kiffer la race de ma grand-mère.

Homeland

Aaaah ! Là c’est du lourd. Là c’est de la super série de qualité, du haut niveau. Contrairement à ce que je craignais, la saison 2 reste au même niveau que la première, toujours aussi bien construite, avec de bonnes intrigues et de magnifiques personnages complexes qui s’entre-déchirent. C’est beau, c’est bien fait, c’est plein de suspense et de bons dialogues, c’est pas bête et surtout, ce doit être une des seules fictions américaines sur le terrorisme qui réussit, malgré son personnage principal ultra-patriote, à ne pas donner l’impression d’un discours de propagande sur la génialité incroyablement parfaite et inégalable des Etats-Unis ou sur l’infamie pitoyable et l’ignorance méprisable du reste du monde. Ce n’est d’ailleurs pas le sujet de la série. Les personnages sont suffisamment intéressants pour faire l’intérêt de la série. Le reste n’est que second plan. Et le très bon jeu d’acteur se maintient dans cette deuxième saison, assurant donc ce premier plan. Peut-être un bémol en ce début de saison : trop de Dana qui n’est pas encore suffisamment complexe pour nous intéresser vraiment. A voir si la suite ne nous fera pas regretter le changement de Brody et si on continue sur la subtilité de la vision Etats-Unis VS reste du monde.
Ps : Claire Danes, laisse ta bouche et ton menton tranquille quand tu pleures s’il te plait, ça ne va pas du tout avec ta belle bouille et ton beau et subtil jeu d’actrice.

Sons Of Anarchy

Très bon début de saison pour SoA. J’ai pourtant été assez sceptique après la fin de la saison 4 que j’avais trouvée quelque peu bancale et dans l’excès. Mais la série garde son énergie et en trouve même peut-être une plus puissante avec de nouvelles intrigues, des retournements de situation, des changements de relation importants, de bons nouveaux personnages (comme le grand Harold Perrineau – Oz, Lost – dans le rôle de Pope ou Jimmy Smits – Dexter, A la Maison Blanche – jouant ce sacré Nero). Bref, presque que du bon, sauf peut-être une petite critique que l’on peut faire pour toute la série : être dans l’exagération du drame, avec toute ces tuiles qui leur tombent dessus, toutes ces crises et ces morts, mais bon après tout, c’est le délire de la série… Pour finir : la magie du personnage de Gemma et son incroyable interprétation par Katey Sagal continue d’illuminer la série. Bravo à toi meuf, respect.

Boardwalk Empire

C’est un début de saison pas mal, du bon et du moins bon. ça n’avance pas beaucoup mais il y a de très bonnes scènes et de bonnes surprises. Les dialogues sont toujours impressionnants et les derniers épisodes montrent une escalade de l’action et un beau tourbillon d’évolution de personnages. Nucky s’affaisse et sa femme prend du galon. Un très bon nouveau personnage : Gyp Rosetti, incarné par un acteur impressionnant (Bobby Cannavale). Jack Huston et Steve Buscemi continuent d’être époustouflants, suivis de près par les deux femmes de la série Kelly McDonald et Gretchen Mol. Donc série égale à elle-même avec des personnages complexes, des plans magnifiques, des acteurs impressionnants et de beaux dialogues. Mais ENORME bémol de la saison : le pauvre Chalky passe complètement à la trappe, il a le droit à 3 minutes tous les 3 épisodes… Aurait-ce un rapport avec le tournage du film Twelve Years a Slave (2013) dans lequel le beau Michael K. Williams a un rôle ?

Treme

Cette série reste excellente mais cette saison est légèrement longue à la détente, surtout que beaucoup trop de temps est consacré à un personnage complètement inutile : Sonny. Cela fait bien longtemps qu’il aurait dû disparaitre (il n’avait d’intérêt qu’avec Annie, et encore), surtout dans une série avec autant de personnages. Nelson Hidalgo me tape aussi sur le système et ne mérite pas autant de place, bien que ses actions montrent un côté important de la Nouvelle-Orléans et que Jon Seda soit un très bon acteur. Cependant, ces deux zigotos ne mangent pas toute la place et nous laissent l’émerveillement devant les histoires d’Antoine Batiste, Ladonna, Janette et Toni qui sont assez prenantes et très intéressantes. De plus, le nouveau personnage L.P. Everett est, certes, timide mais aussi bien sympathique et nous offre une belle intrigue en duo avec Toni. Annie pourrait être un peu plus mise en avant puisqu’elle vit des moments importants mais Davis est toujours aussi génial donc on pardonne. Bref, cette saison pourrait être un peu plus speed et intéressante mais la série reste égale à elle-même : géniale, intelligente et originale.
PS : toujours de la très bonne musique et de très beaux live avec de bons musiciens et par-dessus tout : des acteurs parfaits. Non, je suis très objective, ce n’est pas parce que c’est un de mes top 3 de série que je vous mentirais sur les acteurs et la musique. Croyez-moi.

Fringe

Cette saison commence par donner le ton en changeant totalement le décor et l’intrigue de la série, chose qui permet de respirer un peu de toutes ces autres saisons et de relancer l’intérêt du spectateur. Ensuite, on a le plaisir de découvrir un nouveau personnage qui n’est pas des moindre. Cependant ce nouveau personnage n’est pas génial non plus donc je suis bien contente que le reste de l’histoire tienne bien la route et maintienne en haleine. La relation Peter/Olivia reste aussi intéressante et nouvelle. Le problème de ce début de saison est pour moi qu’ils prennent un peu trop leur temps sur le déroulement de l’action. Mais tant que Walter s’arrêtera en plein suspens pour manger des sucreries, la série est sauve. Et je pense qu’Astro serait bien d’accord avec moi.

Downton Abbey

Toujours une très bonne qualité de série pour cette saison, mais peu mieux faire. Il manque un petit quelque chose qui pimente un peu l’histoire de fond. La plupart des intrigues sont pas mal et les relations entre personnages très intéressantes. Bien de retrouver Bates, bonne storyline pour Thomas, le reste des personnages a sa place et personne n’écrase les autres avec leurs histoires respectives, chose qui arrive malheureusement dans beaucoup trop de séries. Par contre les drames du début font que je ne me suis même pas rendue compte que je regardais le dernier épisode tellement l’action paraissait rare ou en construction. Les derniers de la saison m’ont presque apparu comme un milieu ou début de saison et je suis restée sur ma faim… Mais la saison reste bonne. Peut-être tout de même moins complexe que les deux précédentes.
Ps : Maggie Smith est toujours au top du haut de ses 78 balais, tout va bien, la vie est belle et l’humour anglais est sauf.

Misfits

Suspense. Faudrait attendre d’en voir plus pour avoir un véritable avis. Pour l’instant, je suis juste contente qu’il y ait au moins Rudy qui garde le côté un peu délirant du début de la série. Je ne sais pas encore quoi penser des nouveaux personnages si ce n’est qu’ils n’ont pas l’air aussi inintéressant que Curtis qui ne méritait pas de rester. Kelly a été viré sans même un au revoir alors qu’elle était cool, un peu comme Nathan après la saison 1. Bien entendu, comme attendu, les personnages des saisons précédentes nous manquent et il est difficile de s’accrocher aux nouveaux avec une telle nostalgie.
Ps : les pouvoirs sont de plus en plus absents, je ne sais pas si c’est rassurant ou inquiétant…
Re Ps : merci à l’accent anglais, cette série vend du rêve à ce niveau. Dommage que Kelly ne soit plus là.

Vampire Diaries

Alors les derniers épisodes sortis me font changer d’avis sur ce début de saison qui m’a beaucoup énervé et déçu au début. Je ne dirai rien si ce n’est que ça a l’air de promettre de l’action niveau baston comme au niveau des relations entre les personnages.
PS : VIREZ JEREMY ET BONNIE PUREE !!!
Nan sérieux, il faut arrêter de nous infliger autant de personnages qui ne servent à rien sauf à donner des envies de meurtre. Non ? Bon de toute façon, tout le monde sait que Damon fait toute la série, le reste n’est que détail. Sauf peut-être Klauss qui rattrape l’absence de Katherine. Bref, Damon, I believe in you my love.

Un peu de lecture pour la semaine

1

Comme je suis mega super en retard sur la publication de cette rubrique, je vous propose pas mal de liens, y’en a des vieux et des nouveaux. J’espère que cela vous conviendra.

Plus fun :

Du Shopping :

Un peu de lecture pour la semaine

1

Ça fait un moment que je ne vous ai pas proposé de sélection de liens, je m’en excuse mais du coup vous allez en avoir pour votre compte aujourd’hui :

Plus fun :

Shopping :

[Jour 21] Mon “ship” favori – part2

4

Selon Elea :

Je suis une shippeuse dans l’âme. Je ne peux pas m’en empêcher. J’adore les relations compliquées, complexes voire impossibles. Mais la plus importante a été ma toute première obsession de shipper : Jarod & Miss Parker dans The Pretender (Le Caméléon). Leur relation et leur jeu de chat et de la souris m’a occupée l’esprit pendant des années !
Le presque baiser de Jarod et Miss Parker dans l’Antre du Diable

—————-

Selon Tyranika :

Chuck & Sarah (Chuck)

J’en ai déjà beaucoup parler, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ? …

—————-

Selon Jonath666 :

Je vais dire Tony et Angela de Madame est servie (Who’s the boss?).
J’avoue que je prenais un grand plaisir à les voir se tourner autour ces deux là.

Bon ça c’était avant qu’Angela se fasse massacrer le visage à coup de chirurgie et nous revienne en zombie dans Ugly Betty.

—————-

Selon Lys :

Comme toujours, impossible d’en choisir un seul et c’est donc quatre couples de séries que je vais vous présenter.

  • Justin et Brian – Queer as Folk (US)

Un des plus beau couple de série pour moi ! Ils sont des personnalités tellement différentes qu’on se dit que ça ne pourra jamais coller entre eux. De plus, personne ne voit Brian Kinney en couple et comme il le dit lui même: “Je ne baise pas deux fois la même personne” et pourtant tout au long des cinq saisons s’installent une très grande complicité et un amour passionné entre les deux hommes.

  • John/Anna – Downton Abbey

Un des plus beaux couples hétéros et quasi chastes. Dowton Abbey se déroule dans les années 1900 et donc rien n’est montré et rien ne se montre parce que ce n’est pas dans les usages sociaux de l’époque … Et pourtant, sans presque rien montrer, ce couple m’a fait croire à l’amour et à réveiller la romantique que j’essayais d’enfouir en moi. C’est une confiance aveugle que les deux personnages ont l’un envers l’autre et une passion tellement entière et pure … Sans spoiler, le couple traverse de lourde épreuve et leur amour n’en ressort que grandi et plus fort.

  • Chris/Tobias – Oz

Difficile de dire si c’est une histoire d’amour ou de haine … On dit souvent que de l’un à l’autre, il n’y a qu’un pas et Chris et Tobias illustrent bien ce propos. Ils ont parcouru toute la palette des sentiments humains mais au final, ils ne trompent personne. On sait bien que c’est de l’amour qu’il y a entre eux. Comme ils sont enfermés 24h/24, tous les sentiments des prisonniers sont exacerbés et parfois pour survivre, ils sont prêts à tout. Ce sont ces sentiments sans retenue, tout dans l’emphase qui rend ce couple tellement beau et tellement passionné.

  • Ally et Larry – Ally McBeal

Je ne vais pas m’étendre longtemps vu que j’en ai déjà parlé dans l’article sur l’épisode préféré de ma série favorite. Il résume tout à fait l’histoire d’amour entre Ally et Larry. Je pense que ce couple me touche autant parce qu’on a vu Ally chercher pendant tellement longtemps l’amour et qu’elle l’avais vraiment trouvé en Larry mais les addictions de Robert Downey Jr l’ont fait viré de la série et donc leur histoire a du tourner tour. Petite vidéo qui personnellement me fait craquer à chaque fois:

[Jour 15] Personnage féminin préféré – part2

2

Selon Jonath666 :

Nicolette Grant dans Big Love

Personnage tiraillé entre l’éducation religieuse stricte reçue de son père et la religion mormone plus libre pratiquée par son mari, Niki va montrer de plus en plus ses fêlures au fil des saisons.
Entre ses crises de nerfs, son côté dirigiste on a également droit à de grands moments d’émotion.

Et en deuxième choix, je choisis Faith de Buffy contre les vampires.
C’est également un personnage complexe qui va s’efforcer de gagner sa rédemption.

—————-

Selon Lys :

Je me suis retrouvée face au même dilemme que pour choisir mon personnage masculin préféré mais rassurez-vous (ou pleurez le si vous aviez apprécié), il y aura moins de personnages féminin dans mes préférés … Surement parce que je les vois comme des rivales :-p . Bref, passons au vif du sujet.

Ma première héroïne préférée est … Ally McBeal !

C’est le personnage auquel je correspond le plus d’après moi. Ce qui caractérise le plus Ally, ce sont les fantasmes et les visions qu’elle a dans sa tête. Et je suis plutôt comme ça, je fais beaucoup de “What if ?” en moi: et si j’avais réagi comme ça, et si un tel me parlait, et si, et si et si. De plus, j’ai toujours une chanson dans la tête qui accompagne ma journée, tout comme elle. J’adore le côté fantasque d’Ally et le fait qu’elle soit avocat (métier que j’envisage) doit aider au fait que je fasse un transfert envers elle.

Ma deuxième héroïne préférée est … Alicia Florrick de The Good Wife !

Je pense que c’est un personnage dont j’aimerais avoir la force de caractère. Elle affronte la douleur d’être trompée, l’opprobre publique que cela engendre, elle reprend une carrière après une dizaine d’année de stand-by… Pour moi, Alicia est la femme forte par excellence. Elle a fait tant de sacrifice depuis qu’on la “connait” notamment en ce qui concerne sa vie amoureuse et cela pour les membres de sa famille. C’est une chose dont je ne serais pas forcément capable par manque de caractère mais aussi par égoïsme. De plus, j’envie également son côté avocate de talent !

Et la dernière est … Anna Smith de Downton Abbey !

C’est aussi un côté de son caractère que j’admire. Dans la série, elle tombe folle amoureuse d’un homme qui travaille avec elle. Et elle est prête à faire tous les sacrifices possibles et imaginables pour rester avec lui et se marier malgré tout ce qui arrive. Elle est si passionnée et si pure dans son amour que cela en est admirable. Moi qui suis très pessimiste par amour, j’aimerais avoir cette foi en l’avenir et surtout en l’amour qu’Anna nous transmet à chaque épisode de Downton Abbey.

—————-

Selon Tyranika :

Là encore, j’ai plusieurs personnages qui me viennent en tête : je pourrais citer Alice (Luther), Julie Taylor (FNL), Taylor (The OC), voir April (Parks and Rec) ou même N°6 (Battlestar Galactica) que j’adore alors que je viens à peine de commencer la série.
Mais là, il y a bien un personnage qui prend le dessus sur les autres, c’est Sarah Walker, que l’on découvre dans Chuck, brillamment interprétée par Yvonne Strahovski.

Le personnage, en plus de posséder un background intéressant, forme avec Chuck le couple que je shippe le plus à la télévision, alors forcément … alors, me direz-vous, pourquoi mettre Sarah en avant, et pas Chuck hier ? Premièrement, je suis moins réceptif aux courbes de Chuck qu’à celles de Sarah, mais passons. Ensuite, je pense que le personnage a un background un peu plus intéressant, et son évolution est également plus “positive”.
Car si j’adorais le Chuck des premières saisons, quand il avait beaucoup de cheveux, le Chuck 2.0, bien que toujours très bon, l’était un peu moins. Dans le même temps, Sarah fait le chemin inverse, et s’ouvre aux autres, devenant de plus en plus attachante.

—————-

Selon Elea :

Mon cœur balance entre Olivia Dunham de Fringe et Sydney Bristow d’Alias.
Vous l’aurez remarqué, j’aime les héroïnes fortes, indépendantes, un peu têtes de mules voire têtes brûlées. Celles qui cachent presque toujours un passé ou une enfance complexe, qui leur donne une facette fragile qu’elles ne montrent que rarement…
Et comme je suis un peu amoureuse d’Anna Torv, ça sera Olivia Dunham.

Un peu de lecture pour la semaine

0

Cette semaine, je répond encore à l’appel !!! Youpie, voici des liens :

Du Fun :

Shoppiiiiiiiing :

Downton Abbey vs. Upstairs Downstairs

8

Je vais faire quelque chose que je n’ai pas encore fait dans le cadre de ces Duels : vous parler d’une série que je n’ai pas (encore) vu !

En fait, il y a une série qui m’intrigue et que j’aimerais trouver le temps de regarder, c’est Upstairs, Downstairs. J’ai commencé à farfouiller, et comme elle a quelques points communs avec Downton Abbey, je me suis dit que c’était l’occasion de partager avec vous ma recherche comparative !

Downton Abbey, c’est un period drama, une série en costumes qui a rencontré un vif succès chez nos amis anglais. A Downton, on suit la vie de la famille Crawley et de leurs domestiques, en 1912. La série commence quand les héritiers de Downton Abbey périssent lors du naufrage du Titanic. La famille Crawley se retrouve alors dans une position délicate, il n’ont que trois filles qui ne peuvent donc pas prétendre au titre de Lord Grantham. Or, le titre, le domaine et la fortune de la famille sont indissociables. C’est Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, qui arrive à Downton Abbey où il va découvrir un style de vie nouveau, avec des règles strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs…

Je ne vais pas revenir sur le succès de cette série, mais m’intéresser à Upstairs, Downstairs, un autre period drama de nos amis british qui ne peut malheureusement pas éviter la comparaison avec sa rivale.

Upstairs, Downstairs, c’est la reprise d’une série emblématique des années 70 en Grande-Bretagne qui raconte l’histoire de la famille Holland et leurs domestiques qui emménagent en 1936 au 165 Eaton Place.

A première vue, il n’y a aucune raison de comparer les deux séries, l’époque et le lieu sont bien différents, et pourtant le concept même de suivre en parallèle les aristocrates d’un côté et les domestiques de l’autre me pousser à jouer le jeu de la comparaison.

Si leurs enjeux sont différents, elles utilisent le même principe : retracer l’Histoire avec un grand H en racontant des histoires avec un petit h. Dans Downton Abbey, on observe doucement le changement, l’arrivée de la Grande Guerre, la montée du socialisme… Dans Upstairs, Downstairs, on assiste à la la montée du nazisme, la romance entre le roi d’Angleterre et Wallis Simpson qui amenera l’abdication du roi… Comme c’est ce qui m’a plu dans l’une, je me dis que ça pourrait me plaire dans l’autre…

Puis je me suis un peu intéressée aux personnages !
Lady Violet, magistralement jouée par Maggie Smith est l’une des personnages les plus délicieux de Downton Abbey avec ses piques et ses répliques mémorables ! Dans Upstairs, Downstairs, c’est Eileen Atkins une autre grande dame du théâtre anglais qui joue le rôle de Lady Maud Holland, une intellectuelle libre d’esprit et indomptable.

Dans Upstairs, Downstairs, Lady Agnes et Sir Hallam sont profondément amoureux l’un de l’autre mais leur famille et leur couple sont mis à rude épreuve. Ils se doivent, tout comme Lord et Lady Grantham, de se battre pour conserver leur domaine car ils n’ont pas non plus d’héritier mâle. Sir Hallam, diplomate de profession, doit également faire en sorte d’apaiser les relations conflictuelles entre Lady Maud, et son épouse, qui, comme Lady Cora, a bien du mal à s’entendre avec sa belle-mère…

Dans Downton Abbey, Lady Sybil est le personnage un peu rebelle. Elle assiste à des réunions de suffragettes, a des idées clairement féministes et tombe amoureuse d’un socialiste. Dans Upstairs, Downstairs, la figure rebelle de la famille est incarnée par Lady Persephone. Elle refuse d’obéir aux règles familiales et va même rejoindre le parti fasciste anglais…

On retrouve d’ailleurs également un chauffeur qui pourrait faire penser à Branson, puisque Harry Spargo s’intéresse aussi à la politique, sauf que lui s’est engagé auprès du mouvement d’extrême droite…

A la tête de l’équipe des domestiques, se trouve Mr Pritchard. Comme Mr Carson, il est loyal et fiable. Il a aussi un lourd passé, qui rappelle encore une fois le passé d’acteur de théâtre de son confrère de Downton Abbey ou encore les secrets douloureux de Mr Bates. La cuisinière, Mrs Thackerey est apparemment aussi rentre-dedans que Mrs Patmore. La petite bonne, Ivy, a des ambitions assez similaires à celles de Gwen. Elle semble tout aussi déterminée à grimper l’échelle sociale…

Dans Downton Abbey, c’est l’arrivée du diplomate turc Kemal Pamuk et sa mort soudaine, qui sont à l’origine du scandale. Dans Upstairs, Downstairs, c’est une autre visiteuse étrangère, du nom de Wallis Simpson, l’américaine divorcée pour qui le roi Edward VIII abdiquera, qui fait sensation…

Est-ce que la comparaison est justifiée ? Est-ce qu’elle a porté préjudice à Upstairs Downstairs ? A force de lire des avis contraires, ma curiosité me pousse à aller juger par moi-même ! Et je suis toujours toute ouïe si vous avez un avis sur la question !

————

Haut de page