Tyranika

Tyranika

(0 commentaires, 19 articles)

Un jour, j'ai regardé House. Depuis, je regarde des séries.

Page d'accueil: http://seriphiles.blogspot.com/

Articles par Tyranika

[Bilan] Les Comédies

1

A mon tour de vous présenter mon bilan de la saison 2011/2012. Dans cette première partie, nous nous intéresserons aux comédies, et les dramas arriveront ensuite.

Il y a quelques jours, je comparais mon classement des nouvelles comédies avec ce que je pouvais lire sur twitter. Le constat vaut pour toutes les nouveautés : les critiques sont très différentes d’une personne à l’autre.

Prenons par exemple 2 Broke Girls, que beaucoup ont aimé. Ce n’est pas mon cas. Je trouve la sitcom vulgaire, avec un humour trop lourd. Mais surtout, j’ai cette impression de me trouver face à un “two-women show”. Cette impression est difficile à expliquer, mais disons que j’ai le sentiment que les deux actrices “cherchent” le rire du public (rires qui sont bien trop présents par ailleurs), au contraire d’une série comme The Big Bang Theory, qui possède elle aussi des rires enregistrées, mais où ceux-ci sont plus naturels. En fait, pour comparer les deux séries, disons que les rires viennent couper les conversation dans The Big Bang Theory, alors qu’ils “ponctuent” les phrases dans 2 Broke Girls.
Tant qu’on est dans le mauvais, je vous cite rapidement How to be a Gentleman et Are you there Chelsea ? les deux comédies aux noms à rallonge, qui se sont ratés au niveau audiences comme au niveau qualité.

Par contre, s’il y a bien une comédie qui fait l’unanimité, c’est Suburgatory. De mon côté, j’avais bien aimé le pilot et les premiers épisodes, qui jouaient sur les clichés pour donner des scènes sympathiques. Mais la série s’est essoufflée très rapidement, et, en fin de saison, elle s’était transformée à un tel point qu’elle était devenue les clichés dont elle se moquait quelques mois auparavant. Dans le genre “moyen” on retrouve aussi Modern Family, dont la 3e saison est dans la lignée des deux précédentes, c’est-à-dire sympathique, plutôt constante, mais pas hilarante. On peut néanmoins remarquer quelques épisodes qui sortent du lot, comme le 13e “Little Bo Bleep”, qui, lui, arrive à faire rire.

Revenons maintenant aux nouveautés, avec les deux qui sortent vraiment du lot : New Girl et Apartment 23. Dans deux styles très différents, ces deux séries sont, pour moi, les meilleurs nouvelles comédies cette année. Pour New Girl, je fais partie des rares qui ont aimés la série dès ses débuts. Zooey est très bonne (en tant qu’actrice) dans le rôle de Jess. Je sais que certains la trouve insupportable, mais ce n’est pas mon cas. Si New Girl était “cute/funny” à ses débuts, elle a elle aussi évolué, avec des épisodes un peu “dramatiques” (le mot est fort tout de même) vers la fin de saison. Ainsi, s’il y a bien une image que je retiens du season final, c’est toute la bande, dans le désert, devant un feu de camp, comme des gamins. Je trouve que cette image raconte bien ce qu’est devenue la série : la vie de 4 colocataires (+ Cece qu’on voit beaucoup plus dans la seconde partie de saison), avec tout ce qui va autour, tout simplement.
Quant à Apartment 23, c’est très différent. La série fonctionne surtout grâce au duo Chloe/June, qui marche bien du côté humoristique, mais qui se révèle aussi être un peu attachant. Les personnages secondaires sont également très bons, surtout James van der Beek. La présence de ce dernier, dans son propre rôle, apporte un peu de “pop culture” à la série. On est loin de Community, mais c’est quand même appréciable.

Continuons dans le genre “séries sympathiques” avec The Big Bang Theory. Rien d’extraordinaire cette saison, mais la série a trouvé son rythme, et à une exception près, tous les épisodes se regardent bien. Les différentes storylines en fil rouge ne sont pas très intéressantes, mais ça n’a jamais été la qualité première de TBBT. La série repose surtout sur plusieurs duos efficaces, que ce soit les traditionnels Penny/Sheldon ou Howard/Raj, mais aussi quelques petits nouveaux : Sheldon/Amy (notamment l’épisode où Sheldon veut créer un podcast) ou Penny/Amy. L’ajout d’Amy dans la bande aura donc apporté vraiment un plus pour moi, malgré des débuts “chaotiques” la saison dernière. Elle se démarque maintenant facilement de Sheldon, alors qu’elle était simplement son “double” féminin la saison passée. Le trio entre Penny, Amy et Bernadette fonctionne d’ailleurs mieux que le quatuor Leonard/Sheldon/Raj/Howard maintenant.

Passons à How I Met your Mother. Cette saison 7 était plutôt bonne pour moi, et malgré quelques épisodes moins bons, elle était globalement assez constante. En fait, j’ai mis de côté la série après 8 épisodes, avant de la reprendre il y a quelques semaines (j”ai fini mon rattrapage juste à temps pour le season final). Je crois que j’apprécie plus la série en la visionnant de cette façon, avec au moins 3 épisodes à la suite. D’autant plus que la série prenait cette année un tournant plus dramatique, que ce soit entre Ted et Robin (storyline ratée) ou entre Barney et Nora puis Quinn (storylines réussies). D’où ma très grosse déception à la fin du season final, mais je ne reviendrais pas dessus …

Dans la série “je me rend compte que, en fait, cette série est bonne”, continuons avec Raising Hope. J’avais déjà aimé la première saison, mais je sentais bien que l’humour un peu “white trash” commençait à devenir pesant, et disons que j’ai un peu de mal avec ce genre d’humour (c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai tant de mal à rattraper It’s Always Sunny in Philadelphia). Mais finalement ce côté “white trash” est dilué au cours de la saison, et la série devient vraiment intéressante. Je pourrais d’ailleurs résumer la saison de cette façon : on retrouve un “socle” d’épisodes très corrects voir bons, qui n’ont rien d’extraordinaires, avec de temps en temps quelques épisodes qui sortent vraiment du lot (le 6 “Jimmy and the Kid” et le 14 “Jimmy’s fake girlfriend” notamment). Tout ça pour dire que Raising Hope est devenue une série sympathique, avec des épisodes de qualité très régulière, un peu à la Cougar Town.
Cougar Town qui était de retour en février pour sa troisième saison. Une saison dans la lignée de la seconde (et de la fin de la 1ère). Le Cul-de-Sac crew est toujours très attachant, et tous les personnages gagnent en profondeur dans cette troisième saison, que ce soit Ellie qui apparaît (parfois) un peu plus humaine, ou même Bobby qui va faire une rencontre … qui a surement fait plaisir aux fans de Scrubs.
On continue avec une autre série qui a su devenir très bonne après une première saison très laborieuse : Parks & Recreation. Cette saison 4 était bonne, mais peut être un peu moins que la 3e. L’absence de Tom, relégué au second plan, y contribue certainement beaucoup. En cette année électorale, Leslie faisait campagne, ce qui nous a donné une bonne trame de fond pour la série, nous éloignant un peu des Parcs … malheureusement, le dénouement de cette campagne est un peu prévisible, voir facile.

Et la meilleure comédie de l’année est …

Community (évidemment). La série souffre encore de quelques épisodes moyens, mais moins que dans les saisons précédentes (en partie grâce au développement de la relation Troy/Britta, qui occupe certains épisodes). Si on est encore dans le “n’importe quoi”, la saison est construite de façon plus logique que les deux premières : pas de “chicken mafia” qui arrive sans prévenir, mais des évènements qui s’enchaînent logiquement pour arriver à des situations grotesques, et donc, des épisodes excellents (“Pillows and Blankets” puis la prise de pouvoir de Chang en fin de saison). Par exemple, dans les saisons précédentes, Jeff aurait dit “allons voir un psy !” et on aurait eut un épisode dans le genre du 19, parodiant Shutter Island (et autres films du genre). Ici, cet épisode arrive dans la logique des intrigues, après leur expulsion de Greendale. Ce qui rend ce genre d’épisodes spéciaux encore plus appréciables : ils ont un sens, par rapport à l’ensemble de la série.

Et pour finir, parlons rapidement des dramédies (ou en tout cas des séries qui durent 30 minutes …). HBO a décidé d’annuler How to make it in America en fin d’année dernière, après sa deuxième saison, qu’on avait attendue pendant 1 an et demi … c’est un peu cruel, d’autant plus que cette saison 2 était vraiment très sympathique, reprenant ce qui faisait le succès de la première : une série sans prise de tête, avec une ambiance excellente (bien aidée par une BO géniale).
Du côté des nouveautés, j’ai regardé la première saison de House of Lies, que j’ai plutôt aimé. Bien sûr, on ne comprend rien au jargon technique de Marty, mais il le dit lui même en s’adressant directement au téléspectateur : “si vous ne comprenez rien, c’est que je fais bien mon métier”. Cette histoire de fusion ne m’a pas passionné, et les jeux de pouvoirs autour étaient loin d’être excellents, mais le casting, réussi, donne à la série un certain intérêt, avec des personnages agréables à suivre. Quant à Girls, je n’ai regardé (pour l’instant) que les deux premiers épisodes. Je ne suis pas spécialement fan. Certains diront de la série qu’elle est réaliste, personnellement je la qualifierais de banale.
Enfin, je finirais sur The Big C, dont la 3e saison est en cours de diffusion. C’est une (grosse) déception pour moi, car la série nous a donnés quelques épisodes excellents, mais elle ne cesse de régresser, surtout dans cette saison 3, dont les enjeux sont loin d’être aussi intéressants que ceux de la saison 1, voir de la saison 2. C’est dommage, car la pléiade de guests stars annoncés me faisait penser à de bonnes choses …

Top 10 spécial Upfronts

0

Les upfronts arrivent à grands pas ! En effet, c’est ce week-end que les networks dévoileront leurs plans pour la saison prochaine, et donc, annonceront quelles nouveautés sont commandées. Alors que les projets ont été dévoilés il y a plusieurs semaines de cela, je vous propose un tour d’horizon de ceux-ci, dans ce top 10 spécial saison 2012/2013 !

Et pour commencer, nous allons parler des comédies. Pas de classement ici, car il est très difficile de juger une comédie par rapport à son pitch (qui est très simpliste, c’est la base d’une comédie). Alors, on juge par rapport aux personnes impliquées (producteurs, acteurs) mais ça ne marche pas à tous les coups. Dans le désordre, voici les comédies qui m’attirent, à priori, le plus :
How to live with your parents for the rest of your life (ABC), Down to Earth (ABC), Prairie Dogs (ABC), The Unprofessional (ABC), And Only Fools and Horses (ABC), Downwardly Mobile (NBC), Isabel (NBC), Table for Three (NBC), Super Fun Night (CBS), Friend Me (CBS), Let it Go (FOX).

Vous pouvez retrouver tous les pitchs de ces comédies dans le dossier spécial pilots sur allocine.

Passons maintenant aux choses sérieuses, avec les dramas ! Je tiens déjà à préciser que ce classement est basé simplement sur les pitchs et les casting, mais pas du tout sur les premières reviews des pilots (précision importante pour certaines séries de ce classement). Tous les synopsis viennent du dossier de Allocine.

10 – County | NBC

Crée et produit par Jason Katims
Avec Jason Ritter, Michael Imperioli, Aimee Garcia, Michael B. Jordan, …

Le quotidien d’un groupe de médecins, d’infirmières et d’agents administratifs au sein d’un hôpital de Los Angeles en proie à des difficultés financières…

Dans le cas de County, c’est clair : ce n’est pas le pitch qui attire le plus, puisqu’il nous présente un soap assez classique. Cependant, on retrouve derrière ce projet Jason Katims, le créateur de Friday Night Lights et Parenthood. Déjà un bon présage. En plus de cela, Katims rappelle Michael B. Jordan (FNL) dans le casting, en ajoutant également quelques acteurs bien connus du petit écran : Jason Ritter (The Event) et Michael Imperioli (The Sopranos).

9 – Cult | CW

Crée par Rockne S. O’Bannon, réalisé par Jason Ensler.
Avec Jessica Lucas, Matthew Davis, Robert Knepper, Alona Ta, ..

Une jeune assistante de production particulièrement curieuse qui travaille sur une série télévisée très populaire intitulée “Cult” enquête avec un journaliste blogueur sur une tentative de meurtre et des disparitions mystérieuses qui ont eu lieu sur le tournage. Et si les fans les plus mordus essayaient de recréer dans la vraie vie les crimes vus dans le programme ?

Le premier projet de la CW de ce classement, et pas le dernier ! Et oui, la CW nous propose quelques pilots intéressants cette année, autour des traditionnels projets bien mauvais (Beauty and the Beast, The Carrie Diaries, etc). Ici, au contraire de County, c’est le pitch qui est intéressant, avec cette histoire de meurtres autour d’une série TV. Je ne me fais pas trop d’espoirs non plus, la série ne sera probablement pas très bonne, mais, en me basant uniquement sur le pitch, elle a des atouts. A noter également la présence dans le cast de Robert Knepper (Prison Break) qui jouera très certainement un tueur …

8 – Beautiful People | NBC

Crée par Michael McDonald, réalisé par Stephen Hopkins.
Avec Frances Conroy, Andrea Parker, James Murray, Patrick Heusinger, ..

Dans un monde futuriste, des familles d’êtres humains robotisés ont été crées pour servir la population… jusqu’à ce que certains d’entre eux se réveillent !

A vrai dire, le pitch me fait beaucoup penser à la série suédoise Akta Manniskor, que je n’ai pas beaucoup aimé (et que je n’ai pas fini pour tout dire). Le problème de la série suédoise n’était pas vraiment son postulat de base, mais comment celui ci a été traité, et donc, je dis “why not” à ce Beautiful People qui pourrait donner quelque chose de bon, avec du beau monde derrière ce projet: Michael McDonald a écrit et réalisé plusieurs épisodes de Cougar Town, Stephen Hopkins a réalisé la moitié de la saison 1 de 24, et on retrouve Frances Conroy (Six Feet Under) dans le casting !

7 – Zero Hour | ABC

Crée par Paul Scheuring, réalisé par Pierre Morel.
Avec Anthony Edwards, Scott Michael Foster, Michael Nyqvist, ..

Un homme de nature sceptique, éditeur de magazines, se retrouve au cœur de l’une des plus grandes conspirations de l’histoire de l’humanité : un mystère grandiose autour des Douze Apôtres…

Un complot/mystère autour de la religion, sur un network, ça promet un bon four. Niveau scénario, ça promet une belle coquille vide aussi. Mais je vais laisser sa chance à Zero Hour, qui aura surement le mérite de proposer un peu d’action, au vu de l’équipe derrière le projet (Paul Scheuring, créateur de Prison Break, et Pierre Morel, réalisateur de Taken et From Paris with Love, entre autres). Le casting est également plutôt réussi, avec Scott Michael Foster, très bon dans Greek.

6 – Hannibal | NBC

Crée par Bryan Fuller, réalisé par David Slade.
Avec Hugh Dancy

La relation étrange entre le célèbre psychiatre Hannibal Lecter et l’un de ses patients, un jeune profiler du FBI nommé Will Graham, torturé par sa fascination dévorante pour les serial killers…

C’est toujours sympa de voir le Dr Hannibal Lecter sur nos écrans. Derrière ce projet, Bryan Fuller, créateur de Pushing Daisies et Dead Like Me. Au casting, Hugh Dancy, très bon dans The Big C, qui jouera certainement (ou pas ?) Hannibal. Et la première saison a déjà été commandé. Bref, que du bonheur.

5 – Mastermind | FOX

Crée par Kevin Williamson, réalisé par Marco Siegas.
Avec Kevin Bacon, James Purefoy, Natalie Zea, Shawn Ashmore,..

Un serial killer diabolique utilise la technologie pour créer une secte de tueurs en séries mais un agent du FBI se retrouve alors infiltré au cœur du système…

Là encore, un beau projet sur le papier, avec la création d’une secte de serial killers via les nouvelles technologies. Si cela n’est pas sans rappeler certains épisodes de Criminal Minds, la série possède quand même un certain potentiel. Cependant, si elle est commandée, elle sera très certainement transformé en cop show simpliste, pour la FOX qui commence à peiner dans les audiences. Le duo Williamson/Siegas semble être bien rôdé pour ce genre de série, puisqu’ils ont travaillés sur True Blood, The Vampire Diaries, ou encore Scream et Souviens Toi l’été Dernier … mais bon.

4 – The Selection | CW

Crée par Sarah Fain et Elizabeth Craft, réalisé par Mark Piznarski.
Avec Aimee Teegarden, Ethan Peck, Martin Donovan,..

300 ans dans le futur, les Etats-Unis n’existent plus et ont été remplacés par une monarchie à huit niveaux (allant de la famille Royale, les “Ones”, jusqu’aux fous, malades et sans-abris, les “Eights”). Une jeune femme pauvre, America, une “Five”, est désignée lors d’une loterie pour participer à une compétition dans le but de devenir la prochaine reine d’une nation déchirée par la guerre. Elle se retrouve alors face à 35 autres candidates. Mais son problème, c’est qu’elle est déjà éperdument amoureuse… d’un “Six” !

Surfant explicitement sur la vague Hunger Games, la CW nous offre ce projet, qui, personnellement, me parait très prometteur. Le casting est très bon, et très varié, de Aimee Teegarden (Friday Night Lights) à Martin Donovan (Boss), on s’attend à retrouver des personnages très différents aux premiers rôles. Le problème de The Selection, bien sûr, c’est la CW ! La chaîne arrivera-t-elle à faire un vrai drama ambitieux ? Probablement pas, et la série risque de tomber dans le côté girly de la chaîne, avec cette partie “amour impossible” qu’on voit dans le pitch. Si Sarah Fain et Elizabeth Craft ont quelques bonnes références (The Shield, Angel), Mark Piznarski est lui plus connu pour son travail sur des teen show (Gossip Girl, The Lying Game, 90210 … mais aussi Friday Night Lights, My So-Called Life, Veronica Mars, Everwood …) A voir, donc.

3 – 666 Park Ave | ABC

Crée par David Wilcox, réalisé par Alex Graves
Avec Terry O’Quinn, Vanessa Williams, Dave Annable, Rachel Taylor,..

Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emmènage dans une résidence new yorkaise très chic de l’Upper East Side dont ils deviennent les gérants. Ce qu’ils ignorent, c’est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leur plus grandes ambitions se réalisent…

Sur le papier, la série a tout pour échouer, avec ce synopsis très (trop) bizarre pour un network. On verra ce que ABC en fait, mais là encore, le succès me parait improbable. Pourtant, 666 Park Ave pourrait donner quelque chose de bon, même si dans le cas de cette série, le résultat me semble assez difficile à prédire. Soit on aura du très bon, soit ce sera extrêmement mauvais. En tout cas, les personnes impliquées dans le projet me plaisent beaucoup, que ce soit côté création (David Wilcox, co-producteur des saisons 2 et 3 de Fringe (et scénariste sur quelques épisodes)) ou côté casting (Terry O’Quinn (Lost) et Vanessa Williams (Ugly Betty) parmi les plus prestigieux, Mercedes Masohn pour mon côté fan de Chuck !).

2 – Midnight Sun | NBC

Crée par Lisa Zwerling. Adapté de la série israëlienne Timrot Ashan.
Avec Julia Stiles, Titus Welliver, Michael Raymond-James, Emma Bel,..

Une femme agent du FBI enquête sur la mystérieuse disparition d’une secte au coeur de l’Alaska. Elle découvre petit à petit que la région et ses habitants cachent de sombres secrets, entre conspiration politique et désastre environnemental…

Le grand projet “complot/mystère” de network de l’année ! On continue d’espérer le retour d’une série “à la Lost” après les échecs de FlashForward, The Event and co. Le casting est là encore très bien fourni, avec des acteurs bien connus du petit écran, de Julia Stiles (Dexter) à Michael Raymond-James (True Blood) en passant par Smokey (Titus Welliver) himself ! Côté création, Lisa Zwerling a travaillé sur FlashFoward, et sur les dernières saisons de Urgences. Rien d’extraordinaire donc sur le papier, mais j’ai quand même hâte de voir si cette série parviendra à faire mieux que ses prédécesseurs !

1 – The Last Resort | ABC

Crée par Shawn Ryan et Carl Gajdusek, réalisé par Martin Campbel.
Avec Scott Speedman, Daniel Lissing, Andre Braugher, Robert Patrick, Autumn Reeser,..

Après avoir refusé d’obéir à un ordre de tir de missiles nucléaires, l’équipage d’un sous-marin américain fuit jusqu’à un point reculé de la planète. Apatrides et traqués, les marins décident de fonder eux-mêmes leur patrie ! Le plus petit pays du monde à avoir l’arme nucléaire…

Shawn Ryan ! Comment quelqu’un qui n’a jamais vu The Shield peut-il donner Shawn Ryan comme argument n°1 pour voir The Last Resort ? Disons que la réputation de The Shield n’est plus à faire, tout comme celle de son créateur. On le retrouve donc ici avec ce projet, avec ce qui est, pour moi, indéniablement le meilleur pitch parmi tous ces pilots. Bien sur, Shawn Ryan est un habitué du cop show, et j’ai un peu de mal à voir comment la série pourrait tenir sur plusieurs épisodes. En tout cas, cette idée de nation nucléaire indépendante est simplement formidable pour moi. Je ne sais pas exactement vers quoi la série va se diriger : huit clos avec juste le personnel du sous-marin ? Ou relations avec le reste du monde ? En tout cas, j’ai vraiment hâte de voir The Last Resort, qui ne possède peut-être pas un casting fantastique par rapport à Midnight Sun ou 666 Park Ave (même si j’aime beaucoup Autumn Reeser, j’ai du mal à l’imaginer dans ce genre de show) mais elle possède, sans aucun doute, le potentiel le plus grand avec ce pitch.

Et c’est là que je vous préviens : la série que je plaçais en première position l’année dernière, c’était Awake. On a du attendre la mi-saison pour la voir, et elle n’était pas terrible … quid de Last Resort ? Les premiers retours ne sont malheureusement pas très bons …

————-

Bilan : 4 séries de NBC, 3 séries de ABC, 2 séries de la CW, 1 série de la FOX.

Et vous, quels sont vos projets préférés ?

Top 7 musique dans les séries

3

Si certains groupes doivent leur succès aux séries qui les ont révélés, certaines séries peuvent également remercier les artistes qui leur ont permis de sublimer leurs épisodes. Si, dans une série, la musique est secondaire, et doit surtout bien accompagner l’intrigue, parfois, elle prend le dessus, et nous permet d’assister à quelques scènes magnifiques. Tour d’horizon de mes scènes en musique préférées. Attention, spoilers sur les séries concernées.

  • Mentions spéciales aussi à :

Bon Iver, “Skinny Love” (Chuck)
Tony Lucca, “Devil Town” (Friday Night Lights)
Youth Group, “Forever Young” (The OC)

  • 7 - Radiohead, “No Surprises” – House | Broken (S06E01)

En fin de saison 5, House est enfermé en hôpital psychiatrique après une “hallucination géante”. Il se retrouve donc à Mayfield, où il restera pendant tout le double épisode. Le montage qui débute l’épisode nous montre House, souffrant pendant sa cure de désintoxication, seul dans son lit, accompagné par “No Surprises” de Radiohead, qui rythme parfaitement la scène.

  • 6 - Dire Straits, “Brothers In Arms” – The West Wing | Two Cathedrals (S02E22)

En cette fin de saison 2, le Président Bartlet dévoile à ses collaborateurs qu’il a une sclérose en plaques, et ces derniers le poussent à le révéler au grand public, pour éviter autant que possible les problèmes que la situation pourrait déclencher. Tout cela est chamboulé par la mort tragique et inattendue de Mrs Landingham, dans l’épisode 21. Ainsi, ce season final met en parallèle deux intrigues très différentes : d’un côté, Bartlet, qui se remémore sa jeunesse aux côtés de Mrs Landingham, et de l’autre, son staff qui tente de gérer la crise alors que les opposants commencent à se poser des questions sur la santé du Président. La question de la re-élection de Bartlet fait débat, et une conférence de presse est organisée le lendemain soir. Après souvenirs touchants de Mrs Landingham et cri de haine de Bartlet envers Dieu, ce dernier quitte la cathédrale où avaient lieu les funérailles, furieux, en s’exclamant “You get Hoynes !” en référence à l’autre candidat démocrate, expliquant ainsi qu’il renonçait à se re-présenter. Cependant, un peu plus tard, Bartlet voit Mrs Landingham, dans son bureau, sous forme d’hallucinations, et cette dernière lui dit qu’elle “ne veut même pas le connaitre si il abandonne parce qu’il a peur de perdre”. On arrive donc finalement à cette dernière scène, sur fond de Dire Straits, où le Président brave la pluie pour se rendre à la conférence de presse, ignore le conseil de CJ en choisissant expressément une journaliste qui va lui poser la question de sa candidature. Et là, aucune réponse, ou en tout cas aucunes paroles. Juste un plan où l’on voit Bartlet mettre les mains dans les poches, et afficher un petit sourire, en référence à une conversation antérieure avec Léo.

  • 5 - Cass Elliot, “Make Your Own Kind of Music” – Lost | Man of Science, Man of Faith (S02E01)

La saison 1 de Lost se termine sur un cliffhanger, avec la découverte d’une trappe sur l’île. La saison 2 commence, et on aperçoit ce qui semble être une maison “normale”, hors de l’île, avec la routine matinale d’un homme qui se lève après avoir entendu une alarme sur un ordinateur. Il lance une musique de Cass Elliot, “Make Your Own Kind of Music”, puis il va faire la vaisselle, s’exercer, se laver, faire une machine à laver … puis, au moment où il s’injecte un produit dans le bras, une explosion survient. Etat d’alerte, l’homme attrape une arme, éteint la lumière, et va regarder, grâce à un système de miroir, qui est à l’extérieur. Et là … Jack et Locke, au dessus de la trappe, où on les avait laissés en fin de saison 1. Vous pouvez ramasser votre mâchoire, vous connaissez maintenant Desmond.

  • 4 - Bon Iver, “Creature Fear” – Chuck | Chuck vs. the Colonel (S02E21)

Chuck, fin de saison 2. Chuck et Sarah s’enfuient, pour éviter la CIA qui a lancé l’ordre de tuer Chuck. Ils se retrouvent dans une chambre d’hôtel (avec un seul lit) près de l’endroit où ils pensent trouver le père de Chuck, qui peut lui enlever l’Intersect.

Chuck : “I’ll sleep on the floor.”
Sarah : “No, it’s ok.”
Chuck : “Why are you doing this ?”
Sarah : “Because the floor is gross and I’m not gonna make you sleep on it”.

Le lendemain, ils se réveillent main dans la main, et au bout de 2 saisons à se tourner autour, on peut dire : FINALLY.

  • 3 - Jeff Buckley, “Hallelujah” – The O.C. | The Ties That Bind (S01E27)

A l’époque, Hallelujah n’était pas sur tous les montages amateurs qu’on trouve sur YouTube, et Josh Schwartz est l’un des premiers à l’utiliser dans une série, avec The O.C. Fin de saison 1, donc. Ryan quitte Newport, sous les yeux de Marissa. Seth en veut à ses parents pour cela et prend la mer, en ne laissant qu’une lettre à ses parents et à Summer. Kirsten craque en se rendant dans la chambre de Ryan, et Sandy vient la réconforter. Tout cela accompagné par Jeff Buckley. Juste touchant.

  • 2 - Sia, “Breathe Me” – Six Feet Under | Everyone’s Waiting (S05E12)

Musique des plus mythiques pour les fans de Six Feet Under, “Breathe Me”, de Sia, accompagne les 6 dernières minutes du series final de la série. Au terme d’une dernière saison magnifique et parfaitement maîtrisée de A à Z, ce final est l’apothéose de la série, voir l’apothéose des séries, carrément. Les fans les plus fidèles remarqueront les clins d’œils évidents à la fin du pilot, signe de la maîtrise totale qu’avait Alan Ball sur toute sa série. Mais surtout, ce final, et ces 6 dernières minutes, sont un condensé d’émotions fortes, avec la conclusion des histoires de personnages que l’on avait apprit à connaitre et à aimer. Quand Claire, la benjamine de la famille, quitte les siens pour rejoindre New York, et lancer sa carrière, elle dit au revoir à tout le monde, et démarre sa voiture, après avoir mit un CD de Sia dans l’auto-radio. “Breathe Me”, donc, arrive, en même temps que les images défilent : on y voit toute la famille Fisher vieillir, heureuse, et tous les personnages vont finir par s’épanouir. Finalement, on découvre leurs morts, un par un, dans un fondu caractéristique à la série, et on finit par Claire, qui meurt, centenaire, dans son lit, heureuse, et entouré d’innombrables souvenirs de sa famille. Le genre de scène que l’on revisionne de temps en temps, et les frissons sont toujours là.

  • 1 - Sia, “Lullaby” – The Big C | Taking the Plunge (S01E13)

Moins connue que le final de Six Feet Under, ou que d’autres scènes, celle-ci est tout de même, pour moi, la plus marquante. Encore une fois, c’est Sia qui accompagne ce moment bouleversant, avec “Lullaby”. Dans cette première saison de The Big C, Cathy Jamison apprend qu’elle a un cancer, et va le combattre, alors que son mari et son fils vont découvrir son état plus ou moins rapidement. Dans l’avant dernier épisode, Marlène, une amie proche de Cathy et de sa famille, va mourir, mais Adam (le fils de Cathy) ne semble rien ressentir à propos de cela, bien qu’il sache que cela pourrait arriver rapidement à sa mère. Cathy trouve le comportement de son fils, alors que tout le monde est très triste, suspect. Dans le même temps, son cancer devi

[Jour 25] La série que je prévois de regarder – part2

1

Selon Jonath666 :

Je vais dire Cougar Town. J’en entends tellement de bien que j’ai envie de m’y mettre ou plutôt de m’y remettre (le pilot ne m’avait pas emballé).

Il y a aussi Parks and Recreation et Shameless US sur ma liste de choses à voir .. J’avais vu 1 ou 2 épisodes de chaque et puis j’avais pas continué.

—————-

Selon Lys :

En terme de nouvelles séries proposées, j’ai très envie de commencer Awake. A la base, cela ne me disait rien du tout mais ma TL et un article de Teproc (encore !) m’a changé d’avis du tout au tout. En effet, j’aime beaucoup l’acteur principal ainsi que celui qui joue un de ses psys. Mais au delà de ça, je suis passionnée par tout ce qui touche au mental et à la psychologie humaine. Awake semble être toute désignée pour me plaire.

En ce qui concerne des séries plus “anciennes”, il faut que je me mette à Upstairs/Downstairs (dont un article a également été fait sur ce blog par Elea). Il la compare à Downton Abbey et je suis tombée amoureuse de cette série donc je me dis qu’elle ne pourrai que me plaire également. De plus, cela se passe durant la période des guerres mondiales et on assiste à la montée du nazisme. C’est une période de l’histoire qui m’intéresse particulièrement (c’est aussi liée à ma passion pour la psychologie: essayer de comprendre comment cette doctrine a pu embrasser les foules).

Enfin de manière générale, je dois regarder tout ce qui est anglais (comme Call the midwife également).

—————-

Selon Elea :

Luther

—————-

Selon Tyranika :

Il y a en a tellement … je pourrais même vous faire la liste : Appropriate Adult, Big Love, Bored to Death, Deadwood, Dr Who, Flight of the Conchords, Justified, Life on Mars, Louie, Mad Men, Reporters, Shameless, Sons of Anarchy, The Good Wife, The IT Crowd, The Shield, The Wire .. bref, j’ai déjà les épisodes de Scrubs et Entourage sur mon disque dur, je commencerais surement Scrubs bientôt !

[Jour 21] Mon “ship” favori – part2

4

Selon Elea :

Je suis une shippeuse dans l’âme. Je ne peux pas m’en empêcher. J’adore les relations compliquées, complexes voire impossibles. Mais la plus importante a été ma toute première obsession de shipper : Jarod & Miss Parker dans The Pretender (Le Caméléon). Leur relation et leur jeu de chat et de la souris m’a occupée l’esprit pendant des années !
Le presque baiser de Jarod et Miss Parker dans l’Antre du Diable

—————-

Selon Tyranika :

Chuck & Sarah (Chuck)

J’en ai déjà beaucoup parler, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ? …

—————-

Selon Jonath666 :

Je vais dire Tony et Angela de Madame est servie (Who’s the boss?).
J’avoue que je prenais un grand plaisir à les voir se tourner autour ces deux là.

Bon ça c’était avant qu’Angela se fasse massacrer le visage à coup de chirurgie et nous revienne en zombie dans Ugly Betty.

—————-

Selon Lys :

Comme toujours, impossible d’en choisir un seul et c’est donc quatre couples de séries que je vais vous présenter.

  • Justin et Brian – Queer as Folk (US)

Un des plus beau couple de série pour moi ! Ils sont des personnalités tellement différentes qu’on se dit que ça ne pourra jamais coller entre eux. De plus, personne ne voit Brian Kinney en couple et comme il le dit lui même: “Je ne baise pas deux fois la même personne” et pourtant tout au long des cinq saisons s’installent une très grande complicité et un amour passionné entre les deux hommes.

  • John/Anna – Downton Abbey

Un des plus beaux couples hétéros et quasi chastes. Dowton Abbey se déroule dans les années 1900 et donc rien n’est montré et rien ne se montre parce que ce n’est pas dans les usages sociaux de l’époque … Et pourtant, sans presque rien montrer, ce couple m’a fait croire à l’amour et à réveiller la romantique que j’essayais d’enfouir en moi. C’est une confiance aveugle que les deux personnages ont l’un envers l’autre et une passion tellement entière et pure … Sans spoiler, le couple traverse de lourde épreuve et leur amour n’en ressort que grandi et plus fort.

  • Chris/Tobias – Oz

Difficile de dire si c’est une histoire d’amour ou de haine … On dit souvent que de l’un à l’autre, il n’y a qu’un pas et Chris et Tobias illustrent bien ce propos. Ils ont parcouru toute la palette des sentiments humains mais au final, ils ne trompent personne. On sait bien que c’est de l’amour qu’il y a entre eux. Comme ils sont enfermés 24h/24, tous les sentiments des prisonniers sont exacerbés et parfois pour survivre, ils sont prêts à tout. Ce sont ces sentiments sans retenue, tout dans l’emphase qui rend ce couple tellement beau et tellement passionné.

  • Ally et Larry – Ally McBeal

Je ne vais pas m’étendre longtemps vu que j’en ai déjà parlé dans l’article sur l’épisode préféré de ma série favorite. Il résume tout à fait l’histoire d’amour entre Ally et Larry. Je pense que ce couple me touche autant parce qu’on a vu Ally chercher pendant tellement longtemps l’amour et qu’elle l’avais vraiment trouvé en Larry mais les addictions de Robert Downey Jr l’ont fait viré de la série et donc leur histoire a du tourner tour. Petite vidéo qui personnellement me fait craquer à chaque fois:

[Jour 16] Ma série “guilty pleasure” – part1

4

Selon Tyranika :

Difficile à dire, car je ne suis pas fan des séries qui s’accommodent bien au guilty pleasure, et j’ai également tendance à avoir le même avis que la majorité sur les séries que je regarde. Récemment, j’aurais pu citer Smash qui est plutôt fun quand elle ne se prend pas trop au sérieux, mais c’est malheureusement peu souvent le cas, ou encore GCB, dont le second épisode m’a assez plu, après un pilot que j’avais trouvé désastreux (je l’avais sans doute “envisagé” de la mauvaise façon), mais au 500ème degré la série est plutôt drôle je trouve, à voir son évolution.

Bref, tout ça pour en arriver à New Girl, dont les critiques sont assez mitigées, pour ne pas dire mauvaise, mais pourtant, j’aime bien cette série, et c’est donc plus ou moins la seule dans cette situation.

Il faut dire que je trouve Zooey Deschanel très attachante, son personnage, peut-être un peu lourd dans les premiers épisodes, va finalement bien s’intégrer aux autres, et la série prend même un tournant depuis quelques semaines, avec des storylines un peu moins orientés comédies, et quelques scènes assez touchantes.

—————-

Selon Elea :

Once Upon a Time

C’est guimauve, c’est parfois gnan-gnan, c’est Snow White et Charming qui n’en finissent pas de se tourner autour, mais j’aime bien !

—————-

Selon Lys :

Sans hésitation, ma série Guilty Pleasure est Dawson’s Creek !

C’est une série qui a bercé ma pré adolescence … mon adolescence et elle est encore présente dans ma vie de jeune adulte en fait … C’est bien simple … à chaque fois qu’elle est rediffusée, j’arrête tout et je me pose devant ma télé ! J’ai beau connaitre les épisodes quasi par cœur, c’est plus fort que moi. Dès que j’entends le générique, je suis en mode nostalgie et j’ai un sourire béat sur le visage et je chante (hurle) la chanson ” I DON’T WANNAAAA WAIIIIT FOR MY LIIIIFE TO OVEEEER … ”

J’ai encore eu la preuve que c’était bien ma série guilty pleasure en fin d’année dernière. J’étais en pleine révisions de mes partiels et j’étais pas franchement en avance et je me suis dit: “Allez Lys, on fait une pause d’un petit quart d’heure et après on reprend”. Et je suis tombée sur NT1 et la chaîne diffusait Dawson … J’ai pas révisé de la journée et je suis restée devant ma télé à baver devant Dawson, Pacey, Jack et toute la bande …

—————-

Selon Jonath666 :

Et bien outre Plus Belle la vie, j’avoue qu’en ce moment je suis à fond dans la saison 9 de One tree Hill.

Le club des Super-mauvais, mais eux ils ont eu droit à 9 saisons ces salauds !

C’est tellement pourri, tant au niveau du jeu d’acteur que des intrigues que ça en devient kiffant.
Je suis addict, j’attends chaque semaine mon épisode car je suis sûr de bien me marrer.

Entre un personnage qui passe 90% du temps à poil, un somnambule, un obèse qui veut maigrir, Lucas Scott qui revient avec une tête de brosse à chiottes et des psychopathes à tous les coins de rue on a ici du très bon soap d’après-midi.

Seul hic, c’était censé être une série du soir …oups

8 raisons de regarder Community

9

Ce soir (cette nuit donc, chez nous) Community est de retour sur NBC, avec la seconde partie de sa 3e saison. Les audiences de la série sont un peu paradoxales : alors qu’elle a acquis une réputation très solide et que de plus en plus de gens la regardent parmi les seriephiles, elle reste l’une des séries les moins regardées aux Etats-Unis. Les chances de voir une saison 4 sont encore plutôt raisonnables, mais elle est tout de même en danger. Certes, nous, on ne peut rien y faire. Mais ce n’est pas une raison pour se priver de regarder l’une des comédies les plus drôles et innovantes de ces dernières années. Si vous regardez et aimez déjà Community, cet article vous servira de mise en bouche avant le visionnage de l’épisode 11. Si vous ne regardez pas la série, cet article est fait pour vous : en vous sélectionnant les épisodes les plus marquants de la série, j’espère que vous vous déciderez enfin à vous lancer, et surtout à dépasser les premiers épisodes introductifs !
/!\ Les épisodes sont classés par ordre de diffusion, et non par classement qualitatif.

——————

  • Physical Education – S01E17

Dans un manuel d’espagnol, quelqu’un a dessiné un portrait de Abed, entouré de cœurs. Le groupe essaye alors de découvrir qui est cette admiratrice, pendant que Jeff, qui veut intégrer le club de billard, refuse de jouer en short.

Je n’avais pas revu la saison 1 avant de revisionner cet épisode pour l’écriture de cet article, et j’avais presque oublié à quel point c’était formidable. Chang, par exemple, est encore prof d’espagnol, et il nous sort une de ses fameuses scènes, avec ce

“Adios ! … (le groupe) Adios ! … (Chang) Je vous dit que le cours est terminé !”.

Les scènes hilarantes s’enchaînent, dans un premier temps autour de Abed, qui est mis en avant de façon assez exceptionnel dans cet épisode : que ce soit entre l’imitation de Don Draper sur Annie ou le Abed version zombie, l’épisode possède de nombreuses répliques qui font mouche. La fin de l’épisode n’est pas en reste avec le dénouement de l’intrigue de Jeff, qui va finalement accepté le défi du prof de billard, et jouer en short contre ce dernier, afin de lui prouver qu’il n’est pas un hipster … ce qui poussera les deux hommes à se retrouver complètement nus devant une foule dégoûté, si ce n’est Annie et le Dean qui apprécient le spectacle …

Britta : What the hell was that ?
Abed : A different version of me. I think it was a vampire.

  • Modern Warfare – S01E23

Le Dean lance une partie de paintball géante dans le campus. Le dernier survivant remportera un prix très convoité …

C’est assez dur d’expliquer pourquoi Modern Warfare est génial. Je pourrais dire “il faut le voir pour le croire”. Parodie des western spaghettis, cet épisode joue sur toutes les phrases bateaux que l’on peut voir dans ce genre de films, et même si vous n’êtes pas familier du genre (c’est mon cas), la parodie est tellement bien maîtrisée, avec juste ce qu’il faut d’exagération tout en restant assez fin, que l’on est obligé de rire dans cet épisode, de son début à sa fin (le discours du mec quand Jeff se réveille, le “Jeff Winger .. you son of a bitch”, le feu de camp, etc). En utilisant le couple Jeff/Britta, les scénaristes mettent fin à une storyline qui remontait au pilot, mais surtout, ils nous offrent certaines scènes d’anthologie.

Jeff : What was the prize?
Garrett : Was ? This is not over ! This is still happening, right now !

  • Epidemiology 206 – S02E06

Pendant la fête d’Halloween, une infection se répand, et tout le monde se transforme peu à peu en zombie. Le Dean met le Campus en quarantaine, alors que l’armée arrive dans 6 heures …

Une parodie des films de zombie/survival pour cet épisode spécial Halloween. Ça commence avec la présentation des costumes de chacun des membres du groupe, de David Beckham à Lady Gaga en passant par un horrible monstre chassé par un espèce de robot géant … Quand les premiers zombies apparaissent, le groupe essaye de fuir, mais le Dean les enferme, et ils se retrouvent rapidement barricadés dans une salle, à la manière des films classiques de survival. Bien sûr, on se rend rapidement compte que l’un des membres est lui aussi infecté, là encore l’un des classiques du genre, et on enchaîne ainsi les situations parodiant le genre. Finalement, Troy va avoir l’occasion d’en finir, et d’être “the first black man to get to the end” comme lui dit Abed avant de se sacrifier … sauf que Troy va lui aussi, un peu plus tard, finir par se faire mordre, mais dans un dernier geste plein de courage, il va réussir à baisser le thermostat de la pièce, et tout va rentrer dans l’ordre. Tout ça accompagné par la playlist iTunes du Dean, c’est-à-dire du ABBA et ses mémos personnels tel que ses listes de course … priceless.

Dean : I’ve been told we need a little baby quarantine, until the army gets here.
Le Groupe : The army ?
Dean : I know, right ?

  • Abed’s Uncontrollable Christmas – S02E11

Pendant la période de Noël, Abed se retrouve dans une hallucination géante, et voit tout le monde en “stop motion”. Inquiets, ses amis se regroupent pour lui donner une thérapie. Durant son hypnose, Abed veut trouver le véritable sens de Noël alors que les autres tentent de découvrir quel traumatisme l’a poussé à se réfugier dans ce rêve.

Je pense que cet épisode de Noel aura surpris tout le monde dès ses premières secondes, quand on découvre tous les personnages de la série en stop-motion. Peut-être un peu moins drôle que les autres épisodes que je cite ici, il est toutefois l’un des quelques épisodes de la série vraiment touchant, où Abed invente une réalité pour échapper à la réalité, où sa mère n’a pas pu lui rendre visite pour Noël, comme elle le fait chaque année. On pourra remarquer d’ailleurs que tous les épisodes un peu plus orientés drama de la série sont centrés sur Abed (notamment l’épisode 19 “Critical Film Studies”), en effet le personnage est clairement en décalage avec la réalité, mais cela lui permet d’être encore plus attachant dans ce genre d’épisodes, où derrière toutes les geekeries qu’il peut effectuer on voit bien le personnage qui tient énormément à ses amis. Ici, comme (trop ?) souvent dans Community, tout est bien qui finit bien (bon, c’est un épisode de Noël en même temps), et cette happy end renforce bien les liens qui unissent le groupe, qui est décrit ici comme une vraie famille pour Abed.

[Abed ouvre une boîte avec l'inscription "Meaning of Christmas"]
Abed : It’s the first season of Lost on DVD.
Pierce : That’s the meaning of Christmas ?
Abed : No, it’s a metaphor. It represents the lack of payoff.

  • Advanced Dungeons & Dragons – S02E14

Afin de remonter le moral de “Fat Neil”, Jeff organise une partie de D&D, avec tout le groupe, excepté Pierce, laissé en dehors pour “des raisons évidentes”. Vexé de ne pas être de la partie, Pierce va finalement intégrer la partie qui va se transformer en un duel entre le Bien et Pierce …

L’intro de l’épisode est tout simplement géniale, avec cette annonce de la partie de D&D dans le pur style héroïc fantasy. Chang, qui s’était incrusté dans le groupe, est le premier à être tué, et il quitte la salle sous une musique dramatique, là encore dans la tradition de l’héroïc fantasy. La partie va bientôt se résumer à un duel entre Pierce (mis à l’honneur comme jamais, ou presque, dans cet épisode) et les autres, qui font tout pour remonter le moral de Neil alors que Pierce veut l’achever. Dans le même temps, Britta nous fait du Britta, et elle se met à vouloir aider tous les personnages fictifs, et même à pleurer leur mort devant les yeux consternés de ses camarades. Un mot pourrait résumer cet épisode : Épique(ment drôle).

Voix-off : What they couldn’t have known, was that they had just scheduled the most important game of Dungeons & Dragons ever, a game which not only might save a life, but which would forever change the balance between good and Pierce.

  • Paradigms of Human Memory – S02E21

Chang poursuit le singe dans les conduits d’aération et retrouve plein d’objets volés. L’occasion pour le groupe de se souvenir des meilleurs moments de l’année écoulée.

Là encore, une parodie, mais qui porte ici sur le format de l’épisode. En effet, avec ce système de flashback et de souvenirs, la série parodie les épisodes “best-of” des sitcoms des années 90/2000, mais en nous proposant 100% d’images inédites. On s’amuse donc à retrouver les situations d’anciens épisodes (mais aussi des nouvelles) mais avec des images inédites. On va ainsi de la découverte du secret de Jeff et Britta à la passion de Abed pour The Cape (le “Six seasons and a movie !” qu’il lance m’a fait sourire) en passant par l’égoïsme de chacun des membres du groupe … le tout dans des scènes à chaque fois délirantes, que ce soit de l’amitié de Abed et Pierce sur fond de musique romantique, à l’association de tous les discours de Jeff à la fin, qui n’ont aucun sens, sans oublier cette magnifique chanson pour le Glee Club “Sing-a-ling Ding Dong”. Et on finit même par Chang se plaignant de l’attitude du groupe envers lui, avant de lui aussi se rappeler des bons souvenirs de l’année … passés avec le singe (sans compter ce cartoon fait par le Dean pendant le générique, qui est assez énorme).

Jeff : Abed, you’re a computer. Scan your mainframe for some juicy memories.
Abed : Jeff and Britta are having secret sex !
[...]
Troy : Didn’t we decide at the beginning of the year that for the good of the group we wouldn’t allow any intimacy between each other or ourselves ?
Jeff : Troy, we never said ourselves.
Troy : OK, now I’m really mad !

  • A Fist Full of Paintballs – S02E23

Pour la seconde fois, Dean Pelton organise un concours de Paintball avec un prix bien trop important pour le vainqueur : 100 000 $, ce qui pousse les étudiants à entrer dans une guerre sans merci …

Le retour du paintball ! Ce “A Fist Full of Paintballs” n’a plus l’effet de surprise de “Modern Warfare” mais son ambiance est encore western est encore plus développé que l’épisode est au moins aussi bon que le premier paintball. Et cela dès le début, avec cette scène très “survival” où l’on voit Annie rentrer dans sa cachette, faire chauffer une boîte de conserve sur un réchaud … c’est vraiment très bon, et ça continue ensuite avec, par exemple, le “fort Hawthorne”, sorte de saloon géant crée par Pierce où chacun peut venir, en paix, pour se reposer. A noter l’apparition de Josh Holloway (Sawyer dans Lost) en guest star dans le rôle du “Black Rider”. La fin est également excellente, avec l’arrivée de ces espèce de stormtroopers venus pour descendre tout le monde. L’épisode 24, la 2e partie de ce season final, sera d’ailleurs plus orienté sur une parodie de Star Wars, et sera un peu moins réussi.

Fat Neil : We’re friends Annie, remember ? We played Dungeons & Dragons together.
Annie : That was a game … this is Paintball.

  • Remedial Chaos Theory – S03E04

Lors de la crémaillère du nouvel appartement de Troy et Abed, le livreur de pizza sonne à la porte, et Jeff lance un dé pour choisir qui ira les chercher. Abed le prévient : il va créer 6 différentes timelines.

La première fois que j’ai vu cet épisode, je l’ai surtout trouvé très drôle, et sa construction (avec, donc, 6 différentes timelines qui sont racontés dans les 20 minutes) en faisait l’un des meilleurs épisodes de la série. Maintenant que je l’ai revu quelques fois, je crois bien que cet épisode est bien le plus abouti du show. Pas le plus drôle, pas la meilleure parodie, mais le plus abouti. En effet, les scénaristes vont jouer dans cet épisode sur 2 tableaux. Le premier, côté humour, se fait petit à petit, en installant dans chaque timeline des élements (la maquette d’Indiana Jones, le troll, le pistolet, Jeff qui se cogne, les tartes de Shirley, …) qui vont revenir dans la timeline où Troy descend, et là, c’est un peu l’apothéose, avec cet enchaînement d’action accompagné de Police. Mais à côté de ça, sur un aspect plus dramatique, les scénaristes prennent un malin plaisir, grâce à toutes ces timelines, à nous déconcerter un petit peu, que ce soit au niveau des romances (Jeff/Annie et Troy/Britta), mais aussi avec des personnages qui révèlent ce qu’ils ont sur le coeur, notamment Pierce et Shirley qui avouent se sentir à l’écart dans le groupe, mais aussi Jeff qui se rend compte que tout le monde s’amuse bien plus quand il n’est pas là. Bien sur, tout cela se trouve dans un énorme “what if ?” mais on sait très bien que tout ce qui se passe dans toutes les timelines est en fait valable dans la vraie timeline, puisque les mêmes actions se répètent sans cesse. D’ailleurs, si les mêmes actions se répètent pendant 20 minutes, on pourrait penser que ça devient vite barbant. Et bien, pas du tout. Pourtant, j’ai du mal à accrocher à ce genre d’épisodes avec les situations qui se répètent, mais ici ça va très vite, c’est très drôle, mais aussi très touchant, et il n’y a pas une minute de trop dans l’épisode. Je pourrais presque dire que c’est le meilleur épisode de la série.

Jeff : OK. Starting on my left with one, your number comes up, you go.
Abed : Just so you know Jeff, you are now creating six different timelines.
Jeff : Of course, I am, Abed.

En conclusion : Regardez Community.

Flux RSS de Tyranika
Haut de page